«L’envers de la médaille»: «On veut dénoncer l’omerta dans le sport» – Jean-Luc Brassard

[ad_1]

L’ex-skieur acrobatique Jean-Luc Brassard s’intéresse dans sa nouvelle série documentaire, L’envers de la médaille, à la culture toxique et aux abus perpétrés dans le sport de haut niveau, qu’ils soient sexuels, physiques ou psychologiques. 

Le médaillé olympique est allé à la rencontre d’athlètes, dont plusieurs gros noms du sport élite, comme Sylvie Fréchette, Gail Kelly, Marianne St-Gelais, Myriam Da Silva, Geneviève Jeanson, Samuel Girard, Guylaine Dumont et Theo Fleury, qui ont accepté de raconter leur histoire.

«On veut dénoncer l’omerta qu’il y a dans le sport, dire que ça existe, et un moment donné, la médaille avant tout, avant la qualité de l’être humain, ça suffit…», a-t-il dit mardi, lors du dévoilement de la programmation de la nouvelle chaîne du Groupe TVA, TÉMOIN.





La nageuse Gabrielle Boisvert a participé à la série documentaire «L’envers de la médaille», présentée sur la chaîne TÉMOIN dès le 9 avril.


PHOTO FOURNIE PAR TÉMOIN

Captivante et rythmée, la série réalisée par Jean-François Poisson présente des témoignages, mais aussi des faits, et explore différentes pistes de solution pour changer la culture toxique, allant jusqu’à confronter certaines fédérations sportives, le Comité olympique canadien (COC), ainsi que la classe politique.

La peur de tout perdre

Dès les premiers épisodes, on constate que beaucoup d’athlètes canadiens ont été muselés par leur fédération sportive, se faisant carrément dire que s’ils dénonçaient publiquement les comportements de leurs entraîneurs, ils seraient renvoyés de l’équipe nationale.





Le hockeyeur Theoren Fleury a participé à la série documentaire «L’envers de la médaille», présentée sur la chaîne TÉMOIN dès le 9 avril.


PHOTO FOURNIE PAR TÉMOIN

On apprend aussi que les victimes sont autant des garçons que des filles. «Et ce qui est encore plus surprenant, c’est que c’est arrivé dans tous les pays, comme quoi c’est gangrené», a poursuivi le médaillé d’or aux Jeux olympiques de 1994, qui a lui-même dénoncé publiquement les abus qu’il a vécus de la part de son entraîneur.

«Pour que les fédérations reçoivent l’appui financier du gouvernement, elles doivent aujourd’hui démontrer qu’elles respectent les conditions du programme Le sport en toute sécurité, mais quand on voit ce qui s’est passé il y a deux semaines aux mondiaux de patinage artistique, où la moitié des dirigeants ont témoigné en faveur d’un accusé de sévices sexuels… on voit qu’il y a encore du travail à faire», a soulevé Jean-Luc Brassard, indiquant souhaiter que son émission serve à faire tomber des masques.





La nageuse Sylvie Fréchette a participé à la série documentaire «L’envers de la médaille», présentée sur la chaîne TÉMOIN dès le 9 avril.


PHOTO FOURNIE PAR TÉMOIN

«Ç’a été hyper instructif à faire. Il y a des choses qui changent, notamment en natation», a dit le réalisateur Jean-François Poisson.

«On a des fédérations super. On sent qu’il y a eu un changement de garde dans certains sports. Mais des fois, on sent la cassette, vraiment! Des gens à qui on a parlé se contentaient de lire un papier. On a vu toutes sortes d’affaires… Des sports comme la nage artistique où ça avance plus vite, mais aussi d’autres cultures sportives où c’est statique», a-t-il poursuivi.

«Plus il va y avoir des gens du terrain dans les fédérations, plus les choses vont changer. Nous, c’est ce qui se passe là», croit l’ex-nageuse artistique et médaillée olympique Sylvie Fréchette, qui a participé à la série et qui sera à la description de son sport aux Jeux olympiques de Paris. Elle espère que le monde du sport trace la voie pour d’autres sphères de la société.





Photo Agence QMI, JOEL LEMAY

MOI ET CIE devient TÉMOIN 

Mardi prochain, la chaîne MOI ET CIE adoptera une nouvelle identité, celle de TÉMOIN. On compte offrir à l’audimat une programmation 100% crimes et scandales. Félix Séguin, Victoria Charlton et Paul Arcand feront notamment partie des nouvelles têtes d’affiche.

Un changement de cap qui suit l’intérêt du public, a avisé la directrice principale, chaînes et programmation, Groupe TVA, Nathalie Fabien. Les émissions de type docuréalité, séries policières attiraient d’ailleurs le plus grand audimat à MOI ET CIE.

«On a vraiment vu que l’intérêt du public était là, alors on voulait leur en donner plus, et pour que tout suive, le nom de la chaîne entre autres, il fallait faire un 180», a-t-elle dit.

Les abonnés de MOI ET CIE seront automatiquement abonnés à TÉMOIN. La chaîne sera débrouillée à partir du 9 avril.

La série L’envers de la médaille sera présentée les mardis, 20h, à TÉMOIN, dès le 9 avril.



[ad_2]

Source Link

Previous post Babies recognise spoken nursery rhymes they heard in the uterus
Next post Wednesday Briefing: Aid Workers Killed in Gaza